Vers une nouvelle ère des drones

drone

Nous ne sommes encore qu’au début de la nouvelle ère des drones. Si les possibilités restent limitées dans le domaine grand public à la prise de vue par exemple, les perspectives futures s’annoncent dantesques.

 

Pourquoi maintenant ?

Les drones se sont démocratisés avec la succession de technologies apparues entre les années 1980 et 2010. Dont quatre particulièrement indispensables.

GPS : En 1981, le premier récepteur GPS commercial pesait plus de 20 kilos et coûtait plus de 100000$. Aujourd’hui, le GPS est livré sur une puce de 0,3grs pour moins de 5$.

UMI : L’unité de mesure d’inertie mesure la vitesse, l’orientation et les accélérations d’un drone. Dans les années 1960 une UMI (pensez au programme Apollo) coûtait des millions. Aujourd’hui, ce sont des puces à 1$ sur votre téléphone.

Appareils photo numériques : En 1976, le premier appareil photo numérique de Kodak photographiait avec une définition de 0,1 millions de pixels pour un peu plus de 10000$. Les appareils photo numériques d’aujourd’hui sont un milliard de fois plus performants (résolution 1000x supérieure, 1000x plus petit et 100x moins cher).

Communication sans fil (Wi-Fi, Bluetooth) : Il n’y pas photo. Les performances en terme de communication sans fil ont explosé entre 1980 et aujourd’hui. Contrairement aux prix des technologies, en chute constante.

 

Et actuellement, les drones ça sert à quoi ?

Agriculture : De plus en plus utilisé en agriculture, les drones aident à la reconnaissance et à la détection de maladies par la collecte de données en temps réel. Résultat, la santé des cultures est optimisée, d’où un rendement accentué. Le marché représenté 3 milliards de dollars cette année. Rien que ça.

Énergie : Les compagnies d’énergie contrôlent des kilomètres de pipelines et des plates-formes pétrolières avec des drones autonomes.

Immobilier et construction : La prise de vue aérienne permise par les drones encourage la publicité immobilière et permet un contrôle de l’avancement des constructions notamment des parties difficilement accessibles.

Intervention et services d’urgence : Les drones sont particulièrement utiles dans les opérations de recherche et de sauvetage allant de la lutte contre les feux de forêt à la recherche de personnes ensevelies sous les décombres ou la neige à l’aide de capteurs infrarouges.

Journalisme : C’est plus simple et plus sûr de déployer des drones pour couvrir des zones particulièrement dangereuses. Même les paparazzis s’y mettent. Kanye West doesn’t like it.

Livraison :  Des entreprises comme Matternet (fondée à la Singularity University) ont mis en place des réseaux de drones pour livrer de la nourriture et des fournitures médicales dans les villages reculés du monde entier. Et qui n’a pas entendu parler du projet d’Amazon de livrer par drone ?

Photographie / Film : Les professionnels de l’image ne peuvent plus se passer des drones, indispensables pour des plans aériens sensationnels.

Recherche scientifique / Conservation : Les drones sont une aide précieuse, par exemple pour compter les lions de mer en Alaska ou pour suivre les mouvements de troupeau dans la savane en Afrique

Police :  Les drones peuvent être utilisés dans des situations de prise d’otages, dans des opérations de recherche et de sauvetage, dans des menaces à la bombe  ou pour surveiller le trafic de drogue aux frontières.

Loisirs / Jouets : Modélisme, tout ça … Miniplanes, vous connaissez ?

 

Voilà un tour d’horizon de ce qui existe déjà. Mais nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements. Dans 10 ans, les drones seront partout, feront partie intégrante de notre vie courante. En somme ils seront toujours plus intelligents et toujours plus connectés. En laissant place à l’imagination, on peut prévoir de nombreuses possibilités dans les années à venir.

Les drones seront intelligents et autonomes : En quelque sortes, ils pourront naviguer par eux-mêmes, avec tout un tas de fonctions, rechercher, détecter, transporter … 

Des drones liliputiens : Les drones ont vocation à se marier avec la nanotechnologie. Imaginez donc. Des drones de la taille d’une mouche ou d’un puceron, embarquant des caméras filmant en 4K ! Imaginez des essains de drones, volant un peu partout, comme volent des oiseaux. Vous en croiserez peut-être à tous les coins de rues. Et question prix, on pourra trouver des drones en dessous de 10$ !

 

Et bien sûr voici quelques applications futures, qui laissent rêveurs et font place à l’imagination.

La pollinisation : Imaginez des drones « abeilles » capables de polliniser des fleurs. C’est déjà possible. Et cela pourrait permettre de compenser la disparation des abeilles dans certaines régions, je pense notamment à la Chine, où les abeilles se font rares et mettent en danger tout un écosystème.

La sécurité personnelle : Dans l’avenir, vos enfants auront une flottille de micro-drones qui les suivront tels des anges gardiens. Ils seront suivis dans leur vie de tous les jours, guidés dans leurs activités. Et vous pourrez toujours garder l’œil sur eux.

L’imagerie sportive : 100 micro-drones qui filment un skieur sous tous les angles en temps réel. 100 micro-drones qui filment Ribéry lors d’une action, en gros plan. Le progrès.

Des drones dans l’espace : A une tout autre échelle, l’entreprise Planetary Resources est en train de construire l’Arkyd 300 – en fait un drone capable d’aller dans l’espace et se déplaçant à une vitesse de 5 kilomètres par seconde. PRI prévoit d’envoyer de petites flottilles de quatre à six drones A300 (avec des capteurs embarqués) dans les régions éloignées comme les astéroïdes ou les lunes de Mars. En FPV ?

Drones médicaux : A l’échelle microscopique, chacun de nous se verra implanter des drones à l’intérieur de son corps. Ces drones auront des fonction de réparation, de contrôle, etc. On peut imaginer des micro-drones bourrés de nanotechnologies pour suppléer les globules blancs déficients dans le cas de problèmes immunitaires. L’immortalité passe peut-être parce ces petits drones microscopiques qui compenseront les fonctions microbiologiques que la vieillesse nous vole.

Surveillance : Combiné avec des logiciels de reconnaissance faciale et des caméras haute résolution, les drones connaîtront tout de vous, mêmes vos faits et gestes. Ouais ça fait très Big brother tout ça. Vous pouvez d’ores et déjà dire au revoir à la vie privée.

Militaire et antiterroriste : Quand on sait que 90% du marché des drones est destiné à une utilisation militaire, on ne peut que s’attendre à une augmentation signification des demandes liées à une demande militaire pour des opérations en zone de guerre

En mettant les défis techniques de côté, les défis socio-politiques sont les plus problématiques. Car oui les drones comme les moustiques peuvent être des éléments perturbateurs. Il y a des préoccupations quant à la confidentialité, l’espionnage, l’ingérence, les activités illégales, la sécurité et les accidents potentiels, le bruit, l’encombrement de l’espace aérien, le vol et l’utilisation commerciale, etc.

Outre tous les cas d’utilisations décrits ci-dessus, les drones sont au croisement de trois domaines technologiques en plein essor :

L’Internet des objets : Les drones seront un élément de l’Internet des objets. Toujours plus connectés, blindés de capteurs (image thermique, pression, audio, rayonnement, chimiques, biologiques et d’imagerie), ils pourront fournir des données précieuses et alimentés Internet d’informations particulièrement utilises dans notre vie quotidienne.

Des batteries toujours plus performantes : L’augmentation de la densité énergétique doit permettre aux drones de fonctionner pendant des périodes de temps plus longues. En outre, la technologie de batterie solaire permet à des drones de voler pendant des semaines sans atterrissage. Quand on sait qu’un Phantom vole 20 à 30 minutes grand maximum, ça laisse rêveur.

Intelligence Artificielle : Des centaines d’équipes dans le monde travaillent sur ​​les systèmes d’automatisation et de machine-learning. Imaginés si l’Intelligence Artificielle est transposée sur les drones, ils seraient complètement autonomes. Et leur capacité à se déplacer les rendraient pratiques pour tout un tas de situations.

This entry was posted in Divers. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *