Test du Blade mCPx d’Horizon Hobby

L’appareil tant attendu est enfin là, c’est a ce jour le plus petit hélicoptère à pas variable flybarless (sans barre de Bell). Il est, grâce à son pas collectif, capable de faire toutes les figures acrobatiques basiques au programme d’un hélicoptère. E-flight marque donc un grand coup, mais qu’en est-il vraiment ? C’est ce que nous allons voir dans la suite..

Le tour du propriétaire
Cette machine se classe clairement dans la catégorie des submicros hélicoptères, comprenez les moins de 30cm tout compris. Le mCPx est au sortir de la boite en version RTF, prêt à décoller (à la charge de la batterie près), nous avons donc joué le jeu, en ne regardant que la mise en charge de la batterie, sans chercher à régler quoi que soit. La boite contient donc en plus de l’hélico, deux batteries, le chargeur, l’adaptateur pour la batterie, une paire de pales “extérieur”, un tournevis et quelques pièces de rechange. La radio proposée est une DX4e, un modèle spécifique à cet appareil qui comporte donc 4 voies et les modes idle up et deux réglages d’exponentielles préréglés. Voilà pour le contenu de la boite. En en coup d’oeil on s’aperçoit que le mCPx est un peu plus gros qu’un Blade msR et un peu plus petit qu’un Blade 120. Le canopy reprend sans originalité particulière le design imprimé par E-Flite à la famille. Les coloris retenus sont à l’image des origines américaines: patriotiques. On aimera ou pas.


Pour le reste le mCPx  reprend sans surprise  le principe de squelette plastique de la famille. L’électronique est elle aussi basée sur les principes maison, une carte mère et des servos linéaires. Nouveauté, le gyro trois axes qui permet l’emploi d’une tête FBL assure la stabilité de l’ensemble. La gestion du pas collectif permettra entre autres le vol inversé et surtout une meilleure gestion des différentes phases de vol.

Préliminaires
Une fois les piles en place dans la DX4e il ne reste plus qu’a connecter la batterie du MCPx. Ces dernières des 1S 25C devraient lui apporter des performances de premier ordre. La radio pour sa part n’offre pas de prime abord une finition exceptionnelle, la qualité des plastiques est un peu décevante, mais la technologie embarquée est bien meilleure. L’émetteur fonctionne en effet avec la dernière technologie de transmission en 2,4GHz le DSMX qui permet l’utilisation d’une plus grande plage de canaux de fréquence libre ou non.  En clair dans un environnement saturé de transmission en 2,4GHz la radio utilisera les canaux qu’ils soient complètement libres ou pas. Au final la transmission est théoriquement meilleure. Bien entendu vous pourrez appairer cette radio avec tous les autres produits de la marque et une grande partie des récepteurs de la gamme (à l’exception de quelques modèles). On trouve un switch Idle Up, deux réglages d’exponentiel doux/dur , et un bouton d’écolage/coupure moteur.  La prise en main est excellente et les sticks se montrent très doux dans leur fonctionnement, offrant un retour appréciable. Une fois sous tension, l’appairage se fait automatiquement lorsque l’hélico est sous tension. Notez également que les possesseurs de télécommandes DX6i,DX7, et DX8 pourront avantageusement les utiliser ave cle mCPx, d’ailleurs les réglages ad oc sont fourni dans la notice.

Premier vol
L’envie de voir ce que cette machine a dans le ventre est très forte. Alors, gaz en mode “normal” dans un premier temps pour se familiariser avec les réactions.  Première constatation, le mCPx demande d’être un peu haut dans les tours pour s’arracher du sol, cela peut être déroutant pour celui vient de poser un mSR par exemple. Ce comportement est dû au pas variable, rien d’anormal donc. Le conseil est de décoller à plat, sans donner d’ordre le temps que l’électronique prenne en charge la gestion de la stabilité, un petit stationnaire s’impose avant d’attaquer le vol. Nous vous conseillons pour ce premier vol d’éviter votre salon, surtout si cet appareil est votre premier à pas variable.  Un endroit dégagé évitera de casser la déco de madame ou d’endommager trop rapidement ce joli jouet. Une fois en vol, on retrouve un comportement assez rassurant et quelques translations permettent de se familiariser avec les réactions plutôt saines du mCPx  avant d’attaquer les choses plus sérieuses. On remarquera aussi la bonne santé du moteur qui confère un bruit de fonctionnement très agréable qui respire la puissance. Toutefois deux précisions s’imposent, la première est que si vous êtes un débutant dégrossi en pas fixe, vous devrez passer par un temps d’adaptation au pilotage du mCPx qui demande une plus grande finesse de pilotage et qui tolère moins les approximations. Ne vous attendez pas non plus à passer des figures de manière instantanément et intuitivement, il faudra acquérir un peu de doigté avant. En clair, prévoyez quelques pièces détachées en sus… Mais en revanche cette machine sera probablement l’une des meilleures portes d’entrée pour l’apprentissage du pilotage à moindres frais. Pour les pilotes plus aguerris maintenant,  le mCPx est certes une machine évoluée, mais attention n’espérez ne pas non plus répéter tout ou partie d’un programme de voltige 3D ( en tous cas avec une machine stock sortie de boite), mais il permet bien des fantaisies acrobatiques et dispensera un plaisir de pilotage réel.

Les défauts
Il a les défauts de ses qualités, c’est une machine qui n’est pas aussi facile qu’un msr contrairement à ce qu’indique la présentation officielle. Cependant pour débuter avec un hélicoptère à pas collectif c’est parfait. Cette particularité induit un régime de rotation élevé du rotor principal ce qui produit un son certes très agréable tout en ayant une impression de puissance, mais cela aura aussi pour effet de stresser un peu le débutant. On regrettera aussi une très relative fragilité du train d’atterrissage comme sur les msr d’ailleurs. Pour le reste l’autonomie en vol “normal” atteint 5min à peine et diminue encore en vol “3D” à 3min 50s, c’est peu  très peu, mais ce n’est pas étonnant vu la taille de l’engin on pourrait difficilement loger une lipo de trop grande capacité sans amputer sur la manoeuvrabilité. On regrettera aussi le connecteur spécifique des batteries, trop exclusif

Alors, faut-il l’acheter ?
Vous voulez vous lancer avec un hélico à pas collectif sans avoir à dépenser une fortune ? Alors oui, sans la moindre hésitation. Car à 189€ en RTF et 149€ en BNF sur miniplanes c’est une très bonne affaire. Toutefois si vous débutez totalement il faudra vous faire aider au début avant de faire voler convenablement le mCPx, mais cela n’est pas une aberration.

Fiche technique
Submicro hélico à CCMP
Rotor FBL
Type de propulsion : électrique à moteur bruched
Diamètre rotor principal : 254mm
Diamètre rotor anticouple : 36.5mm
Longueur du fuselage :235mm
Poids vérifié en ordre de vol : 46 g
Batterie :Lipo 3.7v 200mAh 1S / 25 C
Radio : DX4e DSMx

le plus
le prix abordable pour un hélico 3D
les possibilités d’évolution
la conception
Les moins
Relative fragilité de certain élément
les coloris “redneck” approved
Difficile à cerner par un pur débutant

Texte //Laurent de helicomicro.com


Ce contenu a été publié dans Aeromodélisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *